Blog, Couture

Pantalon dressed.

Lors de l’achat du livre Dressed, j’ai tout de suite eu un gros coup de coeur pour le pantalon. En tant que tel, ce n’est pas un vêtement trop difficile à coudre, mais c’est peut-être l’une des pièces du vestiaire qui demande le plus d’ajustements. Et le pantalon dressed m’est apparue comme un bon premier essai : ce n’est pas un pantalon ajusté et la taille élastiquée permet un grand confort et surtout pardonne les petites imperfections.

Pour ce modèle, j’ai cousu une toile et si la fourche était correcte et me permettait de m’assoir, j’ai estimé qu’il fallait quand même l’abaisser de 3 à 5 cm. Finalement, je me suis décidée pour 3.

J’ai cousu une première version dans un chambray bleu clair et je l’ai porté tout le mois de septembre. Je ne vous le présente pas ici car il est rangé avec toute ma garde-robe d’été. Par contre, je savais que j’en voulais un autre pour les temps plus froids. J’avais dans mon stock un tissu, une sorte de maille souple mais pas trop élastique. Je précise que le modèle est fait pour du chaîne et trame. Mais j’ai fait un essai dans un petit bout de tissu et je n’ai pas eu besoin de point élastique, la couture au point droit a suffit.

J’adore ce modèle mais je dois avouer que la version chambray est nettement mieux. Ici, ce tissu gris foncé à pois est une espèce de polyester duveteux, dont le toucher n’est pas sans rappeler la flanelle. Par contre, il ne tient pas chaud du tout. Ce n’est pas ma version d’hiver rêvée !

Ici je vous présente des photos pour le fit et vous allez voir qu’il y a beaucoup de plis. Cela vient de la mollesse de mon tissu.

Pantalon de face qui montre bien le côté « mou » du tissu.
Le pantalon est décontracté.

J’apprécie beaucoup ce patron et je trouve qu’il s’agit d’un bon basique. C’est un peu le principe du livre d’ailleurs. Si ce patron a une coupe décontractée, mon tissu donne une impression de… lâcheté ? Vous constatez que le pantalon a l’air trop grand, trop large, trop tout… Pourtant je vous assure que non. Ma seule explication est la mollesse du tissu.

Pantalon de dos.

Ce que j’apprécie aussi dans ce modèle c’est la taille élastiquée. D’habitude je me méfie d’un élastique à la taille qui fronce trop et qui ajoute du volume là où ce n’est pas souhaitable. Ici, il y a quelques fronces mais pas trop, bref, un juste équilibre.

Pantalon de dos après m’être assise.

Je me suis demandée si je pouvais porter ce pantalon au travail et j’ai eu un gros doute, vite balayé par l’état de mon séant après m’être assise. Je n’ai pas d’autre expression, à part « ça pendouille ». Ce n’est pas des plus esthétique et dans cette version, clairement, le confort l’a emporté sur le style.

J’ai coupé le pantalon dans 1m30 de tissu car il avait une largeur de 1m60. C’est plutôt économique ! La seule chose qui n’a pas pu rentrer ce sont les poches. J’ai donc décidé de les coudre dans un tissu contrastant. D’ailleurs, voilà une petite réflexion personnelle : j’aime les poches, je les trouve très pratiques et je suis contente que Deer&Doe propose souvent des poches assez grandes pour mettre des mouchoirs, un portable et des clés.

Détail des poches.

Au cours de ma couture, je me suis rendue compte que le pantalon allait être un peu court. La version « été » en chambray étant portée sans chaussette, cela n’avait pas grande importance. Du coup, pour économiser de la longueur de tissu, j’ai décidé de coudre un ourlet rapporté et d’utiliser le même tissu que pour les poches. Je suis ravie de ce détail.

Ourlets rapportés cachés.

Bilan :

Techniques : Aucune apprise.

Confort : Très confortable. Mais pas suffisamment chaud pour un pantalon d’hiver.

Style : Aucun ! Une forme avachie et un effet loose qui s’accentue tout au long de la journée. Ce n’est pas un pantalon que je porte à l’extérieur mais plutôt pour me sentir bien chez moi. Le tissu est très très doux au porter.

Economies : Le livre a coûté 28 euros, l’impression des patrons, environ 38 euros. Il me semble que le patron me revient à 7€ et quelques et je l’ai déjà utilisé, donc pour cette version, le patron est gratuite. Le tissu m’a gentiment été donné (donc n’a rien coûté), le tissu contrastant m’a coûté 5€. Donc pour le moment le prix de revient de mon pantalon est de… 5 euros. Ça va !

Finitions : J’ai eu une obsession des poches. Je ne supporte pas les finitions proposées car je n’arrive pas à surjeter correctement en courbe. Comme Deer&Doe a des marges de 1,5cm, j’ai cousu mes poches, coupé à 0,5cm l’une des épaisseurs de la marge de couture et rabattue l’autre. Puis j’ai cousu une surpiqure. Cela m’a donné une finition propre et impeccable. Evidemment, c’est plus long.