Blog, Couture

Des fleurs pour Anémone.

(J’avoue m’être investie dans le titre !).

Voilà encore une Anémone, la jupe de Deer and Doe qui a été retirée de la collection permanente (je n’ai toujours pas compris pourquoi). C’est la jupe parfaite. J’en avais déjà cousu une ici. Avec les peplum. Je ne vais pas redire ici tout le bien que je pense de cette jupe, elle est parfaite : elle est en forme de A, finalement ma forme préférée et elle est doublée, les finitions sont donc impec’.

Tout a débuté par ce tissu, ce magnifique velours fleuri. Je l’ai acheté chez Brin de talent, une boutique de Décines. Je voulais uniquement acheté des jerseys mais quand j’ai vu ces fleurs, j’ai craqué tout de suite. Comme il s’agissait d’un velours un peu coûteux, je ne voulais pas prendre un métrage trop important. Une jupe était parfaite.

Comme à chaque fois que je couds un patron une deuxième fois, je fais des erreurs bêtes et largement évitable. J’ai posé le zip invisible comme une débutante et j’ai fais des finitions un peu cochonnes. j’ai aussi oublié de surjeté une couture. Je ne pense pas que ce soit si grave, mais c’est contrariant, surtout que j’ai largement l’habitude de surjeté mes bords maintenant. La seule explication que j’ai trouvé à ma distraction, c’est le temps. J’ai cousu ce projet sur une longue période et ça ne me réussit pas. Je voulais le coudre pendant le café-couture que j’organise une fois par mois. Je pensais que ce serait un projet simple et sans prise de tête. Je pense toujours que c’est le cas, mais ça ne m’a pas réussit. Et puis j’ai cousu cette jupe en parallèle d’un autre patron et je me rends compte que je suis vraiment devenue mono-projet.

Toutes mes photos sont uniquement là pour montrer mon tissu !

Bilan :

Techniques : J’ai très bien réussi la pose du zip invisible dans le tissu principal. Mais j’ai mal fixé la doublure.

Confort : Impec’. Pour mon ego, je tiens à préciser que j’ai cousu cette jupe une taille en-dessous. Elle reste quand même bien confortable et j’ai du jeu à la taille. Je n’en demande pas tant.

Style : Je l’adore. Mais je n’ai pas pu encore la porter. J’ai mis un temps fou à la coudre par manque de sewjo, de motivation… du coup, il fait très beau et c’est clairement une jupe d’hiver.

Economie : patron déjà acquis et tissu cher ! Mais par contre, impossible de me souvenir du prix, j’ai reçu une facture globale. Cela dit, je ne regrette pas mon achat, parfois, il faut savoir se faire plaisir.

Publicités
Blog, Couture

Toile Sirocco.

Comme beaucoup, j’attends chaque collection de Deer and Doe comme un petit miracle deux fois par an. Je ne dis plus rien sur les modèles présentés. Même quand je n’ai aucun coup de coeur, je finis par trouver les patrons magnifiques au bout de quelques temps. Là par contre, rien à dire, j’ai adoré la combinaison Sirocco tout de suite.

Je n’ai jamais compris pourquoi les gens aiment les combinaisons. Perso, je les trouve peu pratiques : histoire de toilettes tout ça… Mais là, une combinaison en jersey, c’est le top. Bon, il faut toujours se déshabiller pour tout, mais en jersey, ça ne fait pas la même chose, bien plus simple.

Lors de mon petit séjour parisien fin août 2018, je suis allée chez Stop Tissus et j’ai trouvé ce jersey très improbable pour moi à 2€ le mètre. J’en ai pris 2m avec dans l’idée de sortir de ma zone de confort. Et j’ai tout de suite vu une combinaison sirocco dedans. J’ai décidé d’en faire une toile au cas où. Parce que mon jersey n’avait que 50% d’élasticité, et dans un seul sens, le bon. Et puis, le décolleté cache-coeur… méfiance méfiance. Le but n’étant pas d’exposer la mamelle à tout vent.

De plus, j’ai eu un doute au niveau des mensurations. Pour la poitrine, 96, soit une taille 44 qui va bien aussi pour les hanches (105). Mais, la taille… aïe, aïe… j’ai du ventre et si je me fie au tableau de mesures de Deer and Doe, je dois tailler une taille 46. Bref… la sagesse me dictait de faire une toile, voilà, c’est fait !

Voilà comment j’ai procédé. J’ai décalqué les pièces du corsage en taille 44 et j’ai rallongé de 2cm en plaquant les pièces sur moi et en décidant arbitrairement où devait se trouver la taille, j’ai choisi ma taille naturelle. J’ai cousu, assez facile, c’est Deer and Doe et tout est super bien expliqué et illustré. Bon, ma poitrine rentrait sans problème mais l’encolure baillait. J’ai eu un petit moment de solitude, mais avant de tout recommencer j’ai tiré un peu sur les bandes de tailles et j’ai vu que l’encolure se tendait. Bon, j’ai croisé les doigts et coupé le pantalon. Puis cousu.

Décolleté bien plaqué, tout va bien !

Voilà, le pantalon aussi se coud très aisément. En taille 44. Les jambes sont un peu larges pour moi, mais je suis à l’aise. La fourche du pantalon est basse, mais personnellement, ça ne me gêne pas. Par contre, je mesure 1m74, la stature du patron est de 1m68. Et bien, elle est plutôt longue.

ça tombe bien sur le pied.

Du coup, j’ai tenté le porter rouler et ça passe bien !

En tout cas, je dois avouer à quel point ce patron est incroyable. Il est parfait. Il met en valeur le décolleté, mais grâce à un jeu de plis, la combinaison efface le ventre. Je vous jure c’est vrai !

Je n’ai plus de ventre. La bande blanche bien visible c’est une des lisière mal imprimée du tissu.

Grâce aux plis et pinces du dos, la combinaison évite de faire sac, efface les fesses aussi (enfin moi, j’ai la fesse plate, oui on se dit tout sur ce blog…)

Les poches ❤

Les poches sont italiennes et bien intégrées dans le pantalon. Si j’ai beaucoup cousu à la surjeteuse, j’ai décidé de coudre les poches à la machine. Je ne voulais pas de sur-épaisseur. J’ai suivi les instructions de la marque. J’ai cousu au point éclair de ma machine les poches, fixé la laminette au point zig-zag large et ensuite j’ai sous-piqué au point zig-zag large en guise de sous-piqûre. Elles se plaquent bien, impec’. J’aime les grandes poches, j’en ai toujours besoin. On voit bien qu’avec le jeu de plis, les poches ne sont pas visibles, sauf à mettre les mains dedans.

Bilan :

Techniques : euh, pas grand chose… rallongement du corsage de 2cm, ça compte ?

Confort : Enorme point fort de ce modèle. Cet incroyable confort, ce pyama revendiqué comme tel, même par la marque. J’en suis émue. Vous connaissez ici mon amour des pyjamas secrets à porter en toutes circonstances.

Style : J’adore ce style mais par contre, je ne suis pas du tout sûre d’assumer le tissu. Il est très chargé, le motif feuilles n’est pas évident, en tout cas pour moi. Cela dit, maintenant que j’ai vérifié la portabilité des jambes longues, je pense que je vais la raccourcir. En combi-short, elle me paraît plus simple à porter. Je suis très satisfaite de ce modèle et je pense la recoudre.

Economie : Patron Deer and Doe en profitant de la promotion de lancement de -10%, soit 12,60 euros. Le tissu = 4 euros, c’est à dire des cacahuètes.

Finitions : Montage surjeteuse et machine à coudre et ourlets à la recouvreuse, sauf les jambes puisque elle est destinée à passer sous les ciseaux.