Blog, Couture

Une chemise.

Il s’agit du modèle M6649 de Mc Call’s.

Ce n’est pas souvent que je couds un patron des Big Four. C’est comme ça que l’on appelle les grandes marques de patrons américaines. Ces patrons demandent des connaissances en couture, même si les explications peuvent suffire. Il y a des schémas. Personnellement, je m’affole vite en couture et je préfère avoir trop d’explications que pas assez. Donc j’étais contente d’avoir un cours en vidéo. Cela dit, je suis quand même très contente de ce patron. Certes, il a fallu faire quelques ajustements, mais maintenant, mon patron est prêt à être cousu plusieurs fois. La coupe est excellente et intemporelle.

J’ai choisi ce modèle pour la seule raison que je l’avais en ma possession suite à l’achat d’un cours Craftsy sur les blouses et ses différentes transformations. Ensuite ce qui m’a emballée c’est que je pouvais tracer le patron directement avec mon bonnet (D). Pas besoin d’ajustement pour la poitrine;

J’ai soigneusement pris mes mesures et je les ai comparées avec celles prises sur le patron (en n’oubliant pas d’enlever les marges de couture). Ce qui m’a menée à la taille 16. Ensuite, j’ai décidé d’utiliser un très vieux tissu de mon stock, 3m de coton vichy blanc et rouge, acheté à mes débuts en couture chez les Coupons de Saint-Pierre. Résultat, un tissu 100% coton, hyper facile à coudre, qui marque bien au fer.

Le modèle est décrit comme une chemise ample, avec une patte de boutonnage devant, un empiècement-dos et une forme arrondie. Pour moi, cette chemise avait tous les codes nécessaires : des pinces horizontales, des pinces verticales dans le dos, des poignets, des fentes indéchirables, col et pied de col. Il a quand même fallu que j’abaisse mes pinces de 2cm, parce que je mesure 1m74. Pour moi, c’est un ajustement presque automatique.

Parce que je suis une feignasse, pour me simplifier la vie, j’ai décidé de ne pas faire de raccord et de couper certaines pièces dans le biais (c’était prévu par le patron, sur les pièces, il y a l’indication droit-fil et l’indication de coupe dans le biais). D’accord on mange plus de tissu mais honnêtement, je suis ravie de l’avoir fait, cela donne à ma chemise du charme et surtout, je n’ai pas eu à me soucier des raccords (mais je pense l’avoir déjà dit !).

Col et patte de boutonnage dans le biais.

J’avoue avoir pris un plaisir extraordinaire à coudre cette chemise. J’ai bien pris mon temps, je me suis appliquée etjJe suis partie dans une sorte de voyage initiatique, oui le terme n’est pas rien, dans lequel je me suis retrouvée. J’ai toujours du plaisir à coudre, j’adore avoir le vêtement fini sous mes yeux, mais là je peux dire que coudre a été une source de calme, de quasi-méditation. Coudre un petit peu, de 20 minutes en 20 minutes, avoir l’esprit et les mains occupés par un seul projet, mais quel bonheur ! Cela m’a pas mal aidé lors de ces quelques mois bien rudes.

Je suis très fière de cette chemise. Elle est très confortable, ne tire pas, se place bien… Les joies du sur-mesure! Très souvent, une chemise du commerce m’engonce à la poitrine ou aux épaules. Ici, elle tombe impeccable.

De profil.
Les poignets arrivent là où il faut !
Même en levant les bras, tout va bien !
On voit bien la forme cintrée (et accessoirement que je suis un peu bossue !)

Autre sujet de satisfaction, en plus d’avoir un bon patron de base à refaire infiniment, ce sont les finitions. Elles sont parfaites. La chemise est entièrement cousue en coutures rabattues, sur les côtés, les épaules, même les emmanchures.

Rendu très propre !
Les fentes indéchirables.

Bilan :

Techniques : coutures rabattues, pattes de boutonnage et surtout, pose d’un col et pied de col. Et ça demande quand même de la minutie et de la précision.

Confort : Hyper confortable, vive le sur-mesure.

Style : Cela me donne un petit côté plus apprêté que mes éternels tee-shirts à manches longues.

Economie : Patron obtenu dans le cadre d’un abonnement et sincèrement, je ne me souviens plus du pris du tissu acheté il y a trop longtemps. Les boutons ont été acheté au poids, donc pas cher non plus.

Finitions : Très très propres, j’adore !

Blog, Couture

Mon défi Burda #8 (juin 2019)

Voilà mon projet cousu dans le cadre du défi Burda organisé par Zélie Décousue.

Le même que le mois dernier… mais en blouse. J’ai joué la facilité et comme je n’étais pas satisfaite des finitions de la robe du mois dernier, surtout au niveau du col, j’ai voulu récidiver. C’est quand même une version de feignasse puisqu’en plus d’avoir supprimer les épaulettes, j’ai aussi enlevé les poches de devant. J’aime sa forme loose mais qui reste soutien-gorge compatible.

J’ai assemblé les pièces du patron en faisant attention aux marges de couture et j’ai coupé à 10cm en dessous de la ligne du raccord, qui correspond, à peu de chose de près, à la taille naturelle. Mais du coup, elle est un peu courte. Je pensais avoir de la marge, mais pas tant que ça, il ne faut pas que je monte les bras trop haut.

Avant de coudre les pièces, j’ai décidé de surjeté toutes mes pièces avant assemblage. J’ai soigneusement fixé mon col et cousu à la main le rabat intérieur. Mes finitions sont nickels, j’ai eu un grand moment de satisfaction. Ma patte de boutonnage aussi est (presque) propre. J’ai utilisé mon pied à surjet. En calant le tissu contre la petite tige de fer, en déplaçant mon aiguille, j’ai pu coudre une surpiqûre très propre et régulière. Par contre, je n’ai pas compris les instructions Burda (comme pour la robe du mois dernier), et j’ai mal terminé ma patte de boutonnage. Ca m’embête bien. Et c’est en faisant les photos que je me suis rendue compte de la marche à suivre. Il faut juste que je trouve le courage de découdre et recoudre.

Mon tissu : du polyester d’une vente privée Avona. Je ne suis pas fan du polyester (serai-je snob ?), mais je dois avouer que je suis très satisfaite de ce tissu. Il s’est cousu très facilement, marque correctement au fer et surtout, n’est pas étouffant. je l’ai porté toute une journée, pas mal au soleil, et je n’ai pas plus transpiré que ça. Comme quoi, il y a polyester et polyester. Celui-ci est de qualité. Il est d’une couleur pastel, parme (c’est pour ça que je l’ai acheté, dès qu’il y a du violet quelque part…) un peu chiné blanc. Il est joli.

Toujours lors de cette vente privée, j’ai pu acheter des boutons, je trouve que la couleur est pile poil dans les tons. Je trouve que cette couleur et ces boutons donnent à ma blouse un petite côté vieillot (dixit ma maman) mais je la porterai quand même avec plaisir. Coudre des boutonnière avec ma machine est juste un rêve.

Bilan :

Techniques : Des finitions correctes pour mon col. J’adore faire des boutonnières avec ma machine !

Confort : Toujours aussi agréable.

Style : J’adore ce style de blouse un peu loose du coup.

Economie : 1,3m de tissu (2 euros le mètre !) les boutons étaient vendus dans un énorme sachet à 3 euros (!), du coup, je suis ressortie de cette vente avec tout un assortiment de bouton !

Finitions : Je pense que ce qui me convient le mieux est de surjeter les pièces avant. Ce qui va me demander de placer mes repères à la craie au lieu de faire des petits crans.