Blog, Couture

Veste Serra.

Il me semble que c’est pendant l’été 2019 que nous avons décidé de coudre la veste Serra. quand je dis « nous », je veux dire les filles du café couture et moi. J’ai des manteaux pour l’hiver et j’aime porter une veste légère pendant la demi-saison. Il y a quelques années, j’avais acheté une veste un peu style parka chez H&M. Je l’ai usée jusqu’à la corde (on voit des TROUS dans le tissu et la doublure sort par l’extérieur !) Avec une fierté mal placée de couturière, j’ai affirmé haut et fort que je ne rachèterai pas de veste, je me la coudrai ! J’avais très très envie de coudre le Kelly’s anorak de Closet Core Pattern. En plus, une amie l’avait déjà cousu et nous en avait fait un très bon retour. Affaire pliée.

Finalement, comme vous pouvez le deviner avec le titre de cet article, nous avons choisi un autre patron, la veste Serra de Pauline Alice.

Sur le papier, cette veste a tout pour plaire :

  • son côté versatile : 3 possibilités parka, trench et blouson
  • son côté unisex : pas de pince poitrine
  • son côté confortable : manches raglan.
Veste de face.

Finalement je l’aime bien ma veste mais ce projet fut difficile à mener et ne m’a pas apporté beaucoup de plaisir dans sa confection.

Après l’achat du patron, j’ai rapidement trouvé mon tissu : une gabardine mauve chez Agnès B à 7euros le mètre. J’étais trop contente de la couleur et du prix du tissu… pour la doublure ? Un bemberg gris de mon stock. Pour ma veste, je me suis décidée pour une version A, la parka, mais alors une version rapide sans capuche, sans poche poitrine et sans coulisse à la taille. Toute cette histoire partait bien et puis en fait non. Les premiers retours sur la couture de cette veste furent… mauvais en fait. Beaucoup de bidouillages et pas trop d’explication. Du coup, ma motivation a reçu un gros coup d’arrêt ! La preuve, il a fallu attendre novembre-décembre 2020 pour m’y mettre.

Alors, c’est un patron très complet et cela se voit dans le nombre de planches comprises dans la pochette. Mais comme il n’y a pas de liste des pièces à décalquer… Vous étalez vos feuilles et puis vous décalquer après avoir scruter chaque pièce tracée. Ça prend beaucoup, beaucoup de temps ! Beaucoup (une demi-journée). Les pièces sont nommées en anglais. Je sais que c’est un détail, mais ça m’a agacé.

Une autre demi-journée pour couper le tissu et thermocoller les pièces. Et enfin, après tout ça, je peux commencer à coudre…

En lisant le livret d’explications, on commence les poches. C’est très simple et bien expliquer. Normal, c’est le début. Ensuite, on coud le tissu principal et la doublure. Enfin, on assemble le tout.

Les poches

Tout d’abord la couture des manches raglan. Il y a une pince sur les épaules. La pince est trop courte en tout cas pour moi et donne un vilain bec à l’épaule. En même temps, dans les explications, ce n’est pas indiquer de la coudre en arrondi, lorsque j’ai vu le vilain bec qu’elle formait, j’ai décousu recousu en allongeant la pince et en l’élargissant de 2cm.

J’ai trouvé les explications assez peu convaincantes et il y a des erreurs un peu partout (le col est plus long d’un côté que de l’autre…) Le bidouillage est nécessaire, en particulier pour la couture du zip. Normalement, le zip a une sous-patte et une patte de boutonnage. Impossible de savoir comment coudre tout ça. Je n’ai pas compris les explications données. Ma solution ? Et bien ne pas coudre ni de sous-patte, ni de patte de boutonnage. Du coup, mon zip est visible. Et il mesure 60cm. Si vous regardez bien les photos, il monte sur le col. Or, dans la pochette patron, il y a une erreur de corrigée : au lieu d’un zip de 60cm, il est recommandé d’en prendre un de 70. Je trouve ça bizarre parce que qu’avec une longueur de 70cm, il n’y a pas de place pour coudre l’ourlet du bas.

Veste de profil.
Le bavolet. J’aime beaucoup !

Il y a eu aussi des soucis de repères un peu partout et je ne compte pas faire ici la liste de ces petites contrariétés. Mais je vais vous dire comment ma prof de couture m’a permis de régler ça : on épingle les épaules et on coupe tout ce qui dépasse. Et c’est ce que j’ai fait.

Une fois la veste en tissu principale cousue, il faut coudre la doublure. Pareil, petits soucis/incompréhension/bidouillage… Il y a des pinces d’épaules mais trop petites, il y a un pli d’aisance trop petit aussi (est-il utile ?). La doublure est trop longue et du coup, les revers de manches et de l’ourlet sont trop étroits.

Intérieur très propre.

Si je résume bien, une fois cousu le tissu principal et la doublure, il faut bien finir la veste en assemblant les deux. Et là, le sentiment de solitude revient. Du coup, j’ai décidé de ne pas utiliser le livret d’explication mais le tuto de blog inthemoodforcouture.com (j’espère qu’elle me pardonnera de la nommer dans cet article) et enfin, enfin, j’y suis arrivée.

Revers très petits.

Quelques conseils si vous souhaitez coudre cette veste : lorsque vous allez l’essayer une première fois, ne pas paniquer si la veste paraît trop petite. Une fois la doublure assemblée et les marges de couture dégarnies, tout rentre dans l’ordre.

Les manches raglan paraissent incroyablement longues, il ne faut pas les couper. Pareil, une fois la doublure posée, les manches prennent la bonne longueur. Cela dit, si vous voulez coudre cette veste, pas de souci, mais je vous souhaite de vous faire la main sur une veste mieux expliquée (type le manteau magnesium d’Ivanne S. par exemple).

Bilan 

Techniques : Est-ce que le bidouillage compte comme une technique ?

Confort : La veste est confortable, pas de souci de ce côté-là.

Style : J’aime beaucoup ce style. Normalement, il y aurait du avoir des pressions posées sur cette veste, je n’en ai pas mis vu que je n’étais pas sûre de la finir et de la porter. En fait, pour moi, cette veste est une toile. Parce que je pense la refaire cette veste. Dans longtemps, parce que je suis un peu traumatisée par ma réalisation, donc je vais attendre un moment.

Economie : 4m de tissu à 7€/m = 28euros (et vu comment le tissu bouloche dès l’étape du découpage, ça ne vaut pas plus), le patron pochette = 18€. Le zip est un zip compris dans un pack couture lidl donc il n’a pas coûté cher. Ça fait une veste à 48 euros, c’est assez intéressant. Cela dit, je reste perplexe face à un patron de 18 euros qui a des explications moins claires qu’un magazine Burda à 6,5€.

2 réflexions au sujet de “Veste Serra.”

  1. Je comprends ton agacement devant un patron aussi mal expliqué. 18 euros, c’est beaucoup, et pour ce prix, on est en droit d’attendre quelque chose de nettement mieux ficelé. Déjà, pourquoi le nom des pièces est il en anglais ? La créatrice est française, me semble t’il.
    Qu’en ont dit les autres participantes à ton club couture ?

    J'aime

    1. Et bien nous avons été trois à coudre cette veste et nous sommes tombées d’accord : beaucoup trop de bidouillages et d’à peu près pour ce patron. Ce qui a découragé les autres participantes qui ont repoussé la couture de ce patron aux calendes grecques. L’une a préféré coudre le magnesium d’Ivanne S. et elle est ravie.

      J'aime

Répondre à Talpanoe Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s