Blog, Couture

Cape Burda, le retour.

Est-ce que vous vous souvenez de ma cape Burda ? Mais siiiii, l’article est !

Une jolie cape dans un superbe drap de laine, avec des grandes poches, une capuche immense et des finitions moches au biais…

Ce n’était pas ma plus grande réussite mais elle valait le coup que je la sauve.

Voici donc la cape Burda 2.0. Ou version 2. Exit la capuche, les finitions moches… Bonjour le col et les fils mousse Madeira.

On le voit ici, je n’ai pas cousu de petite agrafe (la flemme ?) et donc, le col rebique. Je suis vraiment contente de ce col exclusif, patronné uniquement pour moi. Et en tout cas, je préfère un joli col à une capuche inutile. Je ne mets jamais de capuche, j’ai des bonnets et/ou des parapluies. Donc pour moi, elle est inutile ^^

Le col, je l’adore.
L’ampleur.

Le tissu est très beau mais ne marque pas du tout au fer. Cela ne se voit pas, mais j’ai bien repassé cette cape avant les photos et j’ai bien mis une pattemouille et de la vapeur. Le résultat est n’est pas vraiment concluant !

La cape vue de dos et j’aime bien que l’ourlet soit un peu en forme de vaguelette. Cela permet à la cape de bouger alors que le biais l’avait fait se raidir. Le tombé est plus souple.

Impossible de coudre une parmenture pour cacher la couture d’assemblage du col, alors je me suis fendue d’un biais à la main, à point invisible. Et vous voyez bien le surjet 4 fils en gris, qui se fond harmonieusement au tissu. Sur les photos, il apparaît gris, mais la vérité vraie ? Il est mauve. En tout cas, cela m’a rassurée de pouvoir finir la cape comme ça, car j’avais déjà dégarni les marges de couture et j’avais un peu peur de ne pas avoir suffisamment de tissu.

Ici, la couleur est bien rendue. Le point de satin aurait du être bien plus couvrant mais pour cela il aurait fallu utilisé de l’avalon. Sorte de film hydrosoluble qui lisse et rend régulier le point de satin et/ou le roulotté. Sauf que… je me suis posée la question de savoir comment me débarrasser du film car qui dit hydrosoluble, dit forcément trempage dans l’eau. Or, je ne suis pas fan de plonger un tissu de cette qualité dans de l’eau. Sachant que la laine est surtout nettoyée à sec. Bien sûr, mon essai sur une chute était parfait, le point était bien plus couvrant. Je pense que j’ai été un peu anxieuse à l’idée de faire cette finition, après tout, cela pouvait ruiner tout mon projet. J’ai, sans doute, été un peu trop rapide.

Cette cape n’est pas parfaite loin de là, mais j’en suis très contente car j’ai pu la sauver et je pense qu’en l’état, elle est portable. Ce qui n’était pas le cas avant. Elle est chaude ce qui n’est pas négligeable en ces temps bien frisquets sur Lyon.

Bilan :

Techniques : travail de création du col auquel j’ai assisté. Je dois avouer que le patronage ne me tente pas pour le moment.

Confort : chaud, douillet… un bonheur tout doux !

Style : J’adore la forme et la couleur.

Economie : Comme dit dans l’article posté en 2017, pas de budget pour Burda, 30€ de tissu et sans doute 30€ de mercerie (pressions, cordonnet, fil mousse…) j’hallucine sur le prix de la mercerie en général !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s