Blog

Brise d’été en camaïeu de bleu.

Le mois de janvier ayant été un peu morose, côté couture, j’ai eu envie de continuer à occuper mes mains. Et je dis ça au sens premier des mots. Je veux bien zoner sur mon canapé devant Netflix ou Youtube, mais avec une petite occupation quand même. Je n’avais pas envie de tricoter, surtout que j’ai du mal depuis que je suis passée à la méthode continentale. Il faudrait que j’ai un projet entièrement en jersey et que je le tricote un peu à la chaîne pour apprendre le geste. Mais j’ai déjà 3 encours en tricot et je n’aime pas tellement en avoir autant. Alors, j’ai rusé, j’ai pensé au crochet. J’avais le patron depuis longtemps et j’ai profité de portes ouvertes pour acheter de la laine.

J’ai choisi trois pelotes de 50 grammes en mérinos fin, dans un joli camaïeu de couleur bleu : pétrole, bleu glacier et lavande. C’est un châle très facile, parfait pour la débutante que j’étais. Il s’agissait d’un projet sans réel enjeu et sans réelle ambition, juste avoir les mains occupée devant la télé.

Résultat : Je pense que je préfère incontestablement le rendu du tricot, c’est plus fin et je pense toujours que le crochet a un petit côté vieillot. MAIS, je n’ai pas mal aux mains quand je crochète et j’arrive à retenir un modèle. Alors que le tricot, je dois toujours regarder la grille des points et relire sans cesse les instructions. Le crochet me vide davantage la tête, ça va plus vite et puis, c’est bien plus ludique que le tricot. Je suis enchantée de mon châle, enroulé autour de mon cou, il est chaud et léger.

Ce châle est composé de brides régulières et d’un petit point dentelle uniquement composé de brides aussi. Bref, parfait pour commencer le crochet et avoir un résultat presqu’immédiat.

J’ai fais un mix de couleurs car je ne voulais pas avoir trop de restes de pelotes. du coup, les couleurs se succèdent peut-être de façon moins harmonieuses que prévues. Il y a deux rangs de pétrole qui semblent égarés au milieu du bleu glacier, mais comme ça, je n’ai pas de restes. Par contre, j’ai fais un bidouillage au niveau des tailles. A un moment, je n’avais pas le bon nombre de mailles, car je ne pouvais pas crocheter le bon nombre de rangs, mais finalement, le résultat va bien. La dentelle par contre a des défauts car je ne l’ai pas comprise. Enfin, si, à la fin, une fois finie et j’avoue ne pas avoir eu envie de la défaire/refaire.

Publicités
Blog, Couture

Mon défi Burda #5 (mars 2019)

Je vous présente mon défi Burda de mars 2019, toujours organisé par Zélie décousue. C’est la blouse 104 du numéro de mars 2019. J’ai craqué pour les manches de ce modèle.

Elles sont froncées (donc bouffantes), mi-longues et finies par un bracelet

Pour coudre ce modèle, j’ai décidé d’utilisé un fabuleux tissu, en tout cas, moi je l’adore, un coton de sergé fin d’Ikatee. C’est en effet un tissu fin, un peu transparent, mais pas trop. En tout cas, belle qualité et il s’est cousu facilement.

Le mois de février a été un peu difficile et je n’avais pas tellement de motivation, du coup, j’ai cherché un modèle facile et hop, le Burda de mars me l’a servi sur un plateau. Cette blouse est très facile. Le seul point technique réside dans la pointe du V, mais un petit coup de ciseau est largement venue à bout de cette pseudo-difficulté.

Il y a en tout un dos, un devant, coupés au pli. Des manches, des bracelets de manche et la parmenture. Donc, peu de pièces et une blouse peu gourmande en tissu, 1,5m en tout car je n’ai pas cousu de ceinture.

On voit la forme loose.

J’ai coupé mon 44 habituel et elle me va. Elle est, de toute façon très loose et n’a pas de pince. Il n’y avait donc aucun ajustement à faire. Par contre, je la trouve plus élégante portée rentrée dans un pantalon (ou une jupe).

Le détail qui fait mouche sont les manches. J’adore cette longueur de manche alors qu’elle n’est pas pratique du tout, puis qu’elles arrivent au coude et qu’elles ont tendance à y rester lorsque j’ai bougé les bras.


Ce n’est pas grave, je l’adore. Je l’ai entièrement surjeté, n’étant pas très à l’aise dans les coutures anglaises et j’ai fixé les bracelets de manche à l’intérieur à point invisible à la main. Pour l’ourlet du bas, il s’agissait d’un tissu fin, j’ai donc utilisé un pied ourleur et c’est passé nickel !

Bilan :

Techniques : Aucune difficulté. La seule pression a été de terminer à temps, je l’ai cousu en quelques heures seulement.

Confort : Elle est confortable sans aucun doute. Le tissu est incroyablement soyeux.

Style : J’ai envie de reporter des pantalons et il va me falloir des petites blouses. Le tissu est superbe, il est gai et me donne des envies de printemps. Je pense en coudre d’autres. C’est un modèle intemporel, facile et rapide et peu gourmand en tissu, que demander d’autre !

Economie : 1,5m à 10€ les 50cm. Soit un total de 30 euros, l’un des tissus les plus chers que j’ai jamais cousu et je ne suis pas déçue. Heureusement !

Finitions : Aucun souci, le vêtement est propre à l’intérieur comme à l’extérieur.