Blog, Couture

Un nouvel aristo, gris et rose.

Après une première version ici dont je suis enchantée, j’ai récidivé ! 
J’avais dans la tête d’autres combinaisons de couleurs et ayant goûté au confort du premier, je savais déjà que j’en voulais d’autres. Est-ce bien la peine que je parle de mon amour pour ce patron et de mon enthousiasme  à propos de la Jolie Girafe ? 
Mon premier aristo, ici, a été porté tant de fois depuis que je l’ai terminé … je le mets, le lave et le remets… le cycle de la vie d’un vêtement quand je l’aime. 
A l’occasion d’une vente de tissus dans mon magasin préféré, aka l’antre de satan, aka les machines à coudre de Patricia, j’ai mis la main sur un très beau sweat gris très clair. Je l’ai payé plus cher que le sweat bordeaux acheté lors du marché aux tissus mais la qualité est supérieure. il ne fait pas des petites bourres le long de mes collants toute la journée par exemple. 
Ensuite, toujours chez Satan, euh les machines à coudre de Patricia, boutique vilement tentatrice, à l’occasion d’une autre vente de tissus, j’ai mis la main sur un coupon de tissu africain mais pas du wax car je n’aime pas tellement cette matière, d’un très beau coton rose vif avec un motif de rose. Voilà de quoi réveiller un peu mon gris clair.

Et hop, couture minute, couture plaisir. . Le patron était déjà imprimé, découpé et ajusté. La coupe et la couture n’ont pas pris longtemps. mais je me suis appliquée. 

La couleur de cette nouvelle robe va bien avec le temps actuel, il fait gris et froid sur Lyon. Mais j’ai rajouté des petites touches de couleurs d’un rose assez vif. Et je trouve que les couleurs vont bien ensembles. On voit qu’il s’agit d’un gris assez clair.

Je l’ai cousu le 31 décembre, juste avant le réveillon. Cela en fait une couture encore de 2018. Rien à dire sur la couture en elle-même, tout s’est très bien passé. Par contre, mon tissu rose était très rigide. Après tout, il s’agissait d’un tissu 100% coton, bien dense. Donc il a été bien plus facile à coudre que mon jersey rayé tout mou. 

J’ai fais la couture entièrement à la surjeteuse et à la recouvreuse. La seule chose qui a vraiment changé ce sont les manchettes. Leur ouverture est en bas. Je crois que celles du premier aristo sont montées à l’envers puisque leur ouverture  est en haut. 

Par contre, l’utilisation de deux tissus non extensibles a joué sur les ouvertures du vêtement. Les poches sont plus petites.

L’encolure est un peu petite. Rien de grave, je dois juste faire attention quand je passe ma tête. 
Je trouve aussi que le col et les manchettes, entoilées, sont plus raides mais finalement, cela donne un aristo peut-être un peu plus rigide, un peu moins loose, mais le confort est toujours là et je l’aime vraiment beaucoup.

Cette combinaison de gris et de rose me plait vraiment beaucoup. Je n’ai pas l’habitude de porter des couleurs aussi vives ou aussi clair. Je pensais que le gris clair n’était pas pour l’hiver, mais finalement, c’est une idée toute faite parce que cette robe, je l’aime beaucoup et que ces couleurs me donnent bonne mine et surtout m’aident à combattre la grisaille de l’hiver. 


Bilan :

Techniques : Encore moins de chose à dire car le patron était déjà ajusté et prêt. Donc j’ai encore gagné du temps.

Confort : I love it, again !

Style : Les découpes sont toujours aussi originales. Et je trouve la combinaison de couleurs encore plus top que mon premier !

Economie : Patron déjà en ma possession par contre, les tissus étaient plus chers (j’ai perdu la note, sans doute pour ne pas culpabiliser). Mais la qualité se paie ma bonne dame ! Par contre, je n’ai aucun regret ! Si le coton rose est d’origine 100% africaine, le sweat gris est bio.

Finitions : Ovation 100% mode surjeteuse et recouvreuse.

Publicités
Blog, Couture

Un sweat à la menthe.

Je n’avais pas bien d’inspiration pour le titre de cet article.

Voilà mon sweat Evidence mais celui cousu en suivant les instructions du patron, pas comme celui-ci ! J’ai acheté, lors d’une vente de Brin de talent, un joli sweat pas trop épais d’une couleur que j’adore : menthe.

Il s’agit encore d’un projet de l’année 2018. Le dernier à vous présenter de cette année. Les prochaines coutures seront bien de l’année 2019.

Pas de souci pour le coudre et hyper rapide en plus. J’avais déjà le patron découpé pour la robe, j’ai juste suivi la ligne d’arrêt pour le sweat, il est bien long, comme j’aime.

Je suis toujours aussi fan. La seule chose qui me chagrine, c’est que j’ai mal tendu la bande d’encolure, du coup, elle a quelques plis disgracieux derrière. Rien de bien grave, mais bon…

Bilan :

Techniques : Aucune. Je maîtrise la surjeteuse maintenant.

Confort : Confortable évidemment.

Style : J’adore la couleur. Par contre le sweat est vraiment léger. C’est plus un sweat de mi-saison voir d’été. Ce qui me convient très bien. Je sais que les couleurs pastels sont plus réservées au printemps et en été, mais je m’en fiche. Cette année, l’automne et l’hiver sont difficiles à supporter (une première pour moi !), j’ai donc décidé de combattre la grisaille par de la couleur.

Economie : le patron, je l’avais déjà et sincèrement, je ne me suis pas souciée du prix du sweat. Je sais juste qu’il est de jolie qualité et qu’il va bien vieillir.

Finitions : Entièrement monté à la surjeteuse. Aucun souci à part les quelques plis sur l’encolure (qui ne sont pas visibles sur les photos).

Blog, Couture

Inédit rose et doré.

Tout d’abord, permettez-moi de vous souhaitez une très bonne année 2019. Je vous souhaite la santé et la créativité. Et puis du temps aussi. Pour vous permettre de mener à bien tous vos projets. Pour ma part, l’année 2018 a été plutôt bonne et surtout, elle a vu la couture prendre de plus en plus de place dans ma vie et dans mon équilibre. Il est rare que je passe une semaine sans coudre et dans l’idéal, je pourrai coudre tous les jours.

Enfin, je vous présente mes derniers projets de l’année 2018, j’ai pris un peu de retard dans la rédaction de ce blog, j’espère arriver à le combler. Alors voilà un de mes projets favoris de cette fin d’année : un magnifique Inédit toujours de la Jolie Girafe. Je l’ai cousu sous forme de sweat, et j’en voulais un en molleton rose avec un passepoil doré. Un truc très girlie, en tout cas pour moi, mais finalement, le rose et le doré, ça va avec tout.

J’ai acheté mon molleton rose et mon passepoil doré à l’Atelier de la Création. C’était la première fois que je cousais du passepoil. Je suis mitigée. Autant j’adore porter la matière, elle est toute douce, toute moelleuse, autant j’ai traîné pour le coudre tant l’épaisseur du tissu me rebutait. Et c’est uniquement dans ma tête, parce que ma machine n’a eu aucun souci pour gérer les épaisseurs. Mais j’avais l’impression dans avoir plein les mains. En tout cas, je trouve la bande de finition du bas un peu serrée.

Une des choses que j’adore dans le style de ce patron, ce sont les poches. Je les trouve très bien placées. Elle donne un petit côté décontracté qui contrebalance la couleur rose.

L’encolure est aussi très originale et très facile à coudre. En plus, mon passepoil ne gratte pas. Par contre, parfois quand je bouge, l’encolure ne plaque pas forcément contre ma poitrine mais je pense que c’est normal, on ne vit pas toujours droite sans bouger. Mais elle se remet en place très facilement.

Je trouve que la forme générale, grâce aux découpes, donne un haut féminin, pas trop loose, mais juste comme il faut.

La pause du passepoil a généré pas mal de stress pour moi. Stress inventé, parce que tout c’est très bien passé. Le pied passepoil de ma machine a aimé le coudre et ne s’est pas du tout soucié des épaisseurs. Il a fallu coudre à travers une bonne couche de molleton. J’adore le résultat. Du coup, en ce moment, j’ai envie de coudre du passepoil de partout ! Doré si possible !

Bilan :

Techniques : J’ai juste bien suivi le cahier technique, j’ai fais des ajustements au niveau de la poitrine pour abaisser les pinces, ce qui a augmenté la longueur du buste. J’ai cousu pour la première fois du molleton, ce n’est pas ma matière préférée. Parfois, il a des épaisseurs. Ma machine a géré sans souci, c’est plutôt moi qui ai été impressionnée. Suite à un échange avec la créatrice, j’ai appliqué des bandes de thermocollant découpées dans le biais, le long de l’encolure mais aussi sur les côtés, partout où je comptais coudre du passepoil. Cela a été une étape longue et fastidieuse, j’aurai vraiment souhaité la sauter, mais je pense que j’ai gagné en confort lors de la couture. De plus, je pense que le vêtement durera plus longtemps.

Confort : Confortable. Le molleton donne un côté doudou immédiat.

Style : Il est joli tout simplement, j’adore cette combinaison de doré et de rose poudré.

Economie : 5 euros de patron, 18,75 euros les 1m25 de tissu, 2,50 de passepoil à 4 euros, soit un haut à 27,75 euros.

Finitions : Surjeteuse, bien sûr et utilisation du pied passepoil Pfaff qui m’a rendue la vie tellement facile.