Une veste pyjama… compliquée.

Dans cet article , je présente un pantalon de pyjama. Il lui manque la veste, évidemment. Je n’avais pas eu le temps de la coudre en mars et je n’ai pas pu l’intégrer dans mon projet « je couds ma garde-robe capsule 2017 ». Comme le bas, la veste a été coupée il y a presqu’un an et  roulée dans un sac à projet. J’ai décidé de la réanimer et de la finir. Je vous présente tout de suite le modèle :

Le patron choisit

Il s’agit d’un patron Mc Call’s et j’ai choisis l’ensemble veste manches longues et pantalon long. Avec boutonnière et passepoil et poches. Oui, il y a un an, j’étais ambitieuse en couture parce que je ne cousais pas dans la réalité mais dans ma tête, donc forcément, tout se passait bien. Maintenant, je couds pour de vrai. Donc ça se passe moins bien… forcément.

J’ai donc décidé de supprimé les poches et le passepoil autour du col, mais de le garder autour des poignets et des chevilles. En fait, ça c’est plutôt passé comme ça : Oh mince ! J’ai pas assez de passepoil pour poser tout autour du col, plus les poignets, plus les chevilles. Réponse de la Raison : tu vas dehors, tu vas chez Mondial Tissu, l’Atelier de la création, Toto tissus… tu vas en trouver plein ! En plus, c’est du rouge, une couleur quand même assez commune !  Réponse de la Flemme : non mais t’inquiète, laisse tomber, le passepoil ca va pas le faire. Comme la réponse de la Flemme allait de pair avec la Réponse du Sentiment de la couturière qui le sent pas, j’ai tranché : pas de passepoil autour du col.

Ce pyjama, je comptais le coudre avec de l’aide, aka une prof de couture. Cette dernière m’ayant fait faux-bond, je suis toute seule face à ce patron. Ce patron et ses instructions. Les instructions Mc Call’s. Les toutes toutes petites instructions. Les minuscules instructions « bizarres » de Mc Call’s. Bon, je les ai lu, plusieurs fois et honnêtement… bof, bof.

Alors, moi, j’ai commencé la couture avec une prof et les patrons indépendants hyper détaillés, avec des instructions longues comme le bras. Je sais que des couturières ont débuté avec Burda et elles ont toutes ma sincère admiration. Tout ça pour dire que moi, je ne suis pas une aventurière, mais j’aime suivre des directives claires et simples, et que je n’ai pas trouvé ça dans ce patron. Il a fallu que je me lance toute seule et j’ai eu une trouille énorme. J’ai pris en photo les différentes étapes au cas où ça intéresse quelqu’un.

Tout d’abord, j’ai vu sur le patron que la veste avec deux pinces poitrines et deux pinces dans le dos. Ayant une vénération pour le confort que doit avoir tout pyjama, j’ai hurlé à l’hérésie ! Puis calmée, j’ai juste décidé de zapper les 4 pinces. La veste sera droite ou ne sera pas.

 

Alors, les photos ont un éclairage diffèrent et je m’en excuse, mais c’est le même tissu.

angle de la veste

Parmenture assemblée

Parmenture le long de la veste

J’ai assemblé la parmenture thermo-collée le long de la veste afin que le motif imprimé se voit proprement à l’intérieur. Je l’ai assemblée au début afin qu’elle soit prise dans la couture d’épaule et l’ourlet du bas, afin qu’elle reste bien plaquée. Je l’ai ensuite surfilée pour donner un aspect propre à l’ensemble. J’ai dégarni les marges de couture car elles étaient de 1,5 cm, j’ai aussi dégarni l’angle et j’ai bien repassé. J’ai fais ça sur les deux devants.

Ensuite, je suis passée aux manches. Depuis que je fais la méthode expliquée par Elsa dans ses sew along, je n’ai plus de problème pour répartir l’embu. Je vous link ici  sa chaîne Youtube.

Enfin, voilà, j’épingle les repères d’épaule, de devant et de derrière. Je couds avec la manche en bas, afin que les griffes d’entraînement avalent mieux le tissu, je glisse ma main entre les deux couches de tissus et je répartis avec mes doigts l’embu. Je couds à vitesse moyenne et ma manche s’assemble facilement et sans problème.

Montage des manches

Ensuite c’est posé le souci du col. j’ai rien compris aux explications. Donc j’ai reposé mon travail et j’y ai pensé. Longuement. Voilà comment j’ai procédé. Ce n’est certainement pas la méthode adéquate, mais ça a été la mienne.

Thermo collant sur le col

Tout d’abord, j’ai thermo-collé une des deux pièces à assembler du col. Mon thermo-collant est très fin et très souple. J’ai ensuite, au fer, plié sur 1cm, le bord qui allait être cousu à la veste.

Col cousu et à retourner

J’ai assemblé les deux parties du col mais j’ai dégarni les coutures afin d’éviter les sur-épaisseurs :

Col dégarnissage

J’ai ensuite décousu les coutures proches des bords sur quelques millimètres afin de prendre la veste en sandwich mais que les bords à crus ne se voient pas. D’ailleurs, vous pouvez voir que je les ai surfilé, même si mon tissu ne s’effiloche pas.

Col avec les bords rabattus à l'intérieur

Le voilà bien retourné et bien repassé, prêt à être cousu.

Col assemblé

Evidemment, je n’avais pas marqué les repères. Donc, j’ai marqué le milieu du col, marqué le milieu de la veste, posé le col à cheval, bien épinglé et cousu en lissant bien le tissu et en prenant mon temps. Honnêtement, le rendu n’est pas dégoutant.

Il ne me reste que les boutonnières à coudre et là, le trouillaumètre est de retour car je ne maîtrise pas du tout Joséphine (ma MAC) sur ce sujet. j’ai fais des essais mais je ne les trouve pas forcément concluant. Donc, j’ai attendu les vacances et du temps libre. J’ai fais des essais sur des chutes du tissu et je me suis lancée. J’ai pris comme modèle une ancienne veste de pyjama devenue un chiffon à vitre et j’ai marqué l’emplacement des boutonnières à la craie. Ensuite, j’ai été sur Joséphine, je l’ai lancé en croisant les doigts. J’avais quand même fais pas mal de test. C’est passé nickel !

Boutonnière

J’ai vérifié, au juger, la taille du bouton :

Boutonnière et bouton test taille

Ensuite, je les ai ouvert, ça marche ! Un peu serré, mais tout va bien, HOURRA !!!

Bouton dans boutonnière

Alors, oui, ce n’est pas le même rouge, mais j’étais motivée et je n’avais pas envie de devoir encore repousser la fin de cette veste, donc tant pis.

Ce que j’ai appris de cette cousette : il faut se lancer. Peu importe ce qui va se passe, c’est pas grave ! Rien n’est vraiment irréversible. J’ai beaucoup réfléchi à ça en pensant à ma façon de coudre mon col. Si jamais je dois le démonter, il me suffira juste de coudre une parmenture et l’ôter. Ca fera une  veste de pyjama moins jolie, mais portable.

L’importance du repassage. Pendant longtemps, j’ai toujours fais l’impasse sur le repassage. Là, j’ai vraiment vu son utilité. Grâce à mon fer, à moi les jolis angles, les coutures nettes.

Intérieur de la veste

L’ouverture des coutures permet une meilleure tenue de la veste. Je les ai quand même surfilées. Mon seul regret, ne pas avoir surfiler au fur et à mesure. Dommage.

Le prochain article sera le pyjama en entier porté. Il manque le passepoil aux manches et il faut que je couse les boutons.

Publicités

Un commentaire sur “Une veste pyjama… compliquée.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :