Couture

Je couds ma garde-robe capsule 2017 : Janvier

Dans le cadre de « Je couds ma garde-robe capsule année 2017 », je n’avais pas d’idée par quoi commencer. Enfin si, mais j’ai manqué de temps. Le mois de Janvier a été un peu perturbé au point que tout envie de coudre m’a déserté pour un moment. En plus, je traîne un projet boulet couture   bref, rien pour m’encourager. Mais je suis plutôt bonne élève et je me suis engagée dans cette idée de coudre des pièces spécifiques durant les 12 mois de l’année, pas question d’être en retard dès janvier. J’ai donc chamboulé mon programme, trouvé de la motivation (aka un coup de pied dans mes propres fesses) et décidé de coudre un haut en jersey.

J’avais des idées de grandeurs, mais avec le temps qui passait, j’ai opté pour le plantain. Le patron était déjà prêt, assemblé et découpé, et mon tissu prêt aussi. Le temps de changer la couleur des fils de ma surjeteuse, et hop, une journée couture planifiée.

J’avais lu beaucoup de choses sur le plantain, comme quoi il s’agissait d’un modèle facile pour un premier ouvrage en jersey, qu’il faisait beaucoup d’effet etc. Bon, ne croyant que ce je vois, j’étais sceptique (et puis, bien échaudée par mon projet boulet, donc méfiante). La découpe du tissu a été une vraie galère, c’est quelque chose que je vais devoir travailler cette année : bien couper mon tissu et avec précision. L’assemblage à la surjeteuse a été un jeu d’enfant. Oui je sais, tout le monde le dit et l’a prouvé, mais, désolée si je rajoute ma pierre à un édifice déjà bien haut, j’étais stupéfaite. je n’arrêtais de me dire : mais c’est trop simple, mais c’est trop simple… Oui, c’est vraiment le cas. En tout cas, l’achat de la Babylock Enlighten a pris tout son sens.

Je vous présente donc la première pièce de ma garde-robe capsule de l’année 2017, pour le mois de Janvier, voici dans la catégorie haut en jersey : le plantain. 

ensemble-brume-et-plantain-devantensemble-brume-et-plantain-derriere

Le tissu est incroyablement doux et confortable. Les coutures ont l’air de rebiquer un peu, mais ça, c’est parce que je les ai mal repassées. Sinon, elles sont nickel. Même l’ourlet à la double-aiguille a été un jeu d’enfant. Ma chère Singer a avalé les finitions parfaitement. La seule fois où elle a opposé un « non » catégorique, est lorsque j’ai essayé de poser ma deuxième bobine sur le cône de la surjeteuse. Il a fallu que je la remette bien sur la machine à l’emplacement prévu. Du bonheur !

Le seul bémol est le tissu employé. Je ne compte plus les fois où je suis déçue par la qualité des tissus que j’emploie. Je l’ai acheté dans une boutique pourtant. Il est doux et soyeux, mais lors de l’assemblage, les points de la surjeteuse passe sur l’endroit. J’ai tout tenté, j’ai réglé la tension en plus ou en moins, ça n’a rien donné. C’est au repassage que j’ai pu bien lisser les coutures et faire ainsi disparaître les points de surjet.

En tout cas, voilà un gros plan du tissu que j’adore : gris à petits pois colorés !

gros-plan-tissu-plantain

 Je n’avais pas vraiment besoin d’un nouveau tee-shirt manche longue (j’en ai déjà pas mal), mais je l’adore quand même.

Bilan :

Techniques : première couture à la surjeteuse, première utilisation de l’aiguille double.

Confort : tissu fin mais très très doux et confortable.

Style : Très flatteur pour la silhouette !

Economie : patron 0€ + tissu moins de 12€ le mètre, et il en fallu 1,5m. Comme d’habitude, je ne me souviens pas du prix du fil et des surjets. Donc, il m’a coûtée 18€

Coup de coeur ? Certainement. J’adore ce modèle et le referai si besoin.

Publicités
Couture

Je couds ma garde-robe capsule 2017 : présentation de mon projet.

Suite aux articles de Clothilde, j’ai commencé à réfléchir à mes projets de couture pour l’année. Cela fait bien trois fois que je reprends la rédaction de cet article. Ce que je retiens : il y a des catégories pour lesquelles je bloque, je verrai donc plus loin dans l’année. Il y a des catégories sur lesquelles je suis dans l’incapacité de faire des choix. Bon, je ferai avec. On verra bien au fur et à mesure du projet, tant qu’il reste le plaisir de coudre et de voir nos progrès ensemble !

Je rajoute un challenge : coudre en priorité les patrons que j’ai déjà et les tissus faisant partis de mon stock.

J’ai classé mes patrons en évidents, qui font peur et challenge.

Parmi les évidents :

Un haut en chaîne et trame. Celui-là, il est pour janvier et ce sera la blouse Mélusine d’Urban Fairy. J’ai déjà acheté le biais et le tissu, ça sera celui-là. Cela faisait longtemps que j’avais envie de le coudre et ce modèle dedans était une évidence.

Un haut en jersey : Un plantain pardi ! Depuis le temps que j’ai envie de le coudre. Là, j’hésite entre deux tissus : un jersey fin gris et un jersey fin gris à petits pois colorés. Soyons fou : peut-être que je ferai les deux !!!!! Ca sera pour février.

Une robe. Rhaa lala ! La catégorie où trop de choix tue le choix. J’ai débuté la couture pour pouvoir me faire des robes !!! J’ai au moins 6 patrons de robes que je meurs d’envie de faire et j’ai toutes les fournitures pour au moins 4 d’entre elles. Ca sera pour Mars. Mais le choix sera rude : BoannPlume, Aime comme mystère saison 3, une robe d’été de Charlotte Auzou trouvée dans son livre pour les débutants. Et il y en a d’autres, je note juste ici les patrons pour lesquels j’ai les fournitures.

Une jupe : Je n’ai pas les patrons, pas encore, peut-être une ancienne jupe de Deer and Doe. Mais ça va dépendre de mes tissus. j’en ai deux : un natté de coton bleu marine et un pied de poule noir et gris Agnès B. A voir pour septembre.

Une vesteCannelle, je n’ai ni le patron, ni le tissu, mais cela fait trèèèèès longtemps que j’ai envie de le coudre. Ayant une surjeteuse de compète, ça me semble réalisable. Je le prévois pour Octobre et d’ici là, j’aurai acheté le patron et commencé à tournoyer autour des tissus maille ou matelassé.

Voici les patrons qui font peur. Je les appelle comme ça parce qu’ils sont un peu plus techniques et je reste quand même débutante.

Une chemisela Reina de Paulinealice. J’adore ce modèle et j’aimerai une version d’été. j’ai le tissu, le patron. Il me manque les boutons. Ca sera pour mai.

– Un manteau. Pour Novembre. J’ai déjà 2m de tissu en laine prune. Suffisamment pour le Ninot toujours chez Pauline Alice.

La lingerie. Pour décembre et ce sera un pyjama. J’ai le patron, un de Vogue, et le tissu, un coton gratté très doux.

Vient ensuite les patrons challenges. Je n’ai pas les patrons et pas les tissus. Je ne sais pas si je vais les coudre, tout simplement parce que je ne porte pas ce type de vêtement. Mais ce projet de garde-robe peut aussi aider à sortir de sa zone de confort. Donc…

Un short. pour Avril. Il faut voir la pause de la braguette.

La combinaison. Pour Juillet. Comment dire ? Ce n’est pas trop compatible avec moi, une combinaison. En plus, je trouve le vêtement peu élégant. Je sais que c’est la grosse mode pour la blogo, je ne comprends toujours pas.

Le Maillot de bain. j’en ai déjà quatre et je les sors 1 semaine par an. Alors en coudre un autre pour août… A voir aussi. Je n’ai même pas à coudre un cabas de plage ou un paréo, je vis loin de la mer/océan, j’y vais peu et je n’aime pas les piscines.

A travers ce projet, je me dis que c’est exactement ce qu’il me faut pour me discipliner un peu. Je serai obligée de soigner au petit poil au moins un projet par mois. Et puis mine de rien, j’ai cousu bien moins que 12 projets cette année.

Couture

Une blouse galipette.

Voilà encore un projet de l’année dernière.

En Octobre, je suis allée au salon Idées Créatives de Lyon. J’y ai rencontré la marque églantine et zoé, marque que je suivais d’un oeil suite à un article des Lubies de Louise, blog bien connu.

Lors de cette rencontre, je suis entrée en mode fan girl et j’ai acheté un patron,  galipette et du tissu. Le patron m’a littéralement tapé dans l’oeil, enfin doucement tapé. Je n’avais jamais considéré cette forme de vêtement comme intéressante, mais sur le stand, il y avait des tenues déjà cousues et je peux dire que ça a été le coup de foudre.

Pour coudre mes galipettes, robe et blouse, je me suis servie aussi sur le stand.

Voici pour la blouse. La viscose vendue est incroyable. Elle est entièrement fabriquée en France et elle est d’une douceur, d’une tenue, d’une finesse… Bref d’une qualité… J’en perds mes mots ! Cela dit, la bougresse ne se laisse pas apprivoiser si facilement. Le tissu est très… bougeant ? Il a été galère à couper, mais à coudre, impeccable.

Et sans plus attendre, les photos ! Tiens, d’ailleurs pour l’année 2017, je fais mon coming out sur le blog et vous offre un aperçu de ma bobine !

galipettegalipette-2

Bilan :

Techniques : coudre un tissu fin et fluide, faire des mini-ourlets en utilisant mon pied spécial.

Confort : Encore un coup de coeur pour le tissu. Il est fin, certes, donc quand je mets une veste en laine qui gratte, et bien, je sens que ça gratte. Mais il est soyeux. Oui, il a un côté soyeux, je ne trouve pas d’autres adjectifs. Il est d’une incroyable douceur.  J’aime son bleu et ses motifs de fleurs.

Style : Je trouve la blouse féminine, à cause des petites fleurs, mon obession du moment. Elle cache le ventre, c’est très important et je suis à l’aise. Je la porte dans pas mal d’occasions : travail, loisir, sorties etc.

Economie : patron pochette à 14€ + tissu 15€ le mètre, et il en fallu 1,4m. Comme d’habitude, je ne me souviens pas du prix du fil et des surjets. Mais ma blouse m’est revenue à 35€. Est-ce que je la referai ? Incontestablement. une valeur sûre.

Enorme coup de coeur (j’ai l’impression que je ne dis que ça au fil des articles), pour la marque. Les patrons sont intéressants et accessibles,  les tissus sont incroyables. Ils sont à des prix plus que correct et la qualité est bien là.