Couture

Sac et coutures droites

Suite à l’achat de la Singer, j’ai décidé de me lancer dans la couture. Donc, après avoir acheté quelques coupons de tissus, payés au prix de l’or because achetés le 31 Décembre, dans la seule mercerie ouverte que je connaissais. J’ai aussi acheté un cours Craftsy, How to sew for beginners : Bag-making basic.

J’ai regardé la première partie et voilà ce que ça donne :

Sac Craftsy

Alors, comme points positifs, j’aime bien le tissu choisi. A ce qu’il paraît je couds droit ! J’ai aimé faire ce sac, le montage, couper le tissu, l’assembler…

En point négatif, je trouve qu’il manque de tenue et que le coton utilisé le rend mou. Je pense que j’aurai du le thermocoller.

 

 

Publicités
Couture

Couture, premiers pas.

Je pense que tout est dans le titre ! J’avais essayé la couture il y a un peu plus d’un an. J’avais reçu en dépôt une machine Singer, une des années 80, très lourde car toute en métal, bruyante mais increvable. Elle cousait tout, même les multiples épaisseurs de jean et pour tout dire, elle me faisait un peu peur.
J’avais l’impression qu’elle me dictait quoi faire, que ma table de salon allait s’effondrer sous elle, que j’allais me transpercer les doigts. Bref, elle était intimidante. J’avais fais le deuil de la couture.
En plus, je trouvais que c’était compliquée : il faut assembler les pièces dans un certain ordre, d’un certain côté. Ne pas coudre était un peu un regret, mais pas non plus un crève-coeur. 
Pendant les vacances de Noël, en discutant avec une amie, je me suis dit que, peut-être, je n’étais pas perdue pour la couture. Ce qui a finalisé ma décision est une promotion de grande surface contre laquelle j’ai été sans force et ai donc acquis une nouvelle machine, la SINGER SMART II. 
La voilà : 
C’est une machine à coudre mécanique, qui a les points et les fonctions de base. Mais surtout, elle est (relativement) légère et peu bruyante. Elle ne durera peut-être pas 20 ans (sacrée obsolescence programmée !), elle ne coud certainement pas de trop grosses épaisseurs, mais elle ne me fait pas peur et j’ai l’impression que nous allons être bonnes amies. 
La voilà en plus grand ! L’est belle, hein ?

 

 Edit du 13/02/2016
Bon, laissez tomber la Singer Smart 2, la machine est horrible, outre le fait qu’elle soit bruyante, il est presque impossible de régler la tension du fil. J’ai tout essayé et elle a « salopé » quand même les coutures de la doublure de ma jupe en cours. Donc, il m’a fallu plus d’une heure pour faire une couture et trois pinces et elles sont horribles, je vais donc devoir découdre pour refaire. Et découdre le fil noir bien serré d’une couture sur tissu noir, c’est coton, moi, je vous le dis !

 

 

 

 

Jdr

L’Anneau Unique (campagne officielle)

Séance du 28 Novembre 2015

Lors ce cette séance, nous sommes au milieu du printemps, tous rassemblés à Roshgobel. Les préparatifs pour le conseil des hommes des bois battent leur plein.

A nouveau quête classique, nous sommes devenus les messagers officiels de Radagast. Et accessoirement, nous nous sentons de mieux en mieux dans la peau de héros. Un autre joueurs vient nous rejoindre (Yrondel), ça sera la seule et unique fois qu’il jouera avec nous. Mais j’y reviendrai par la suite.

Lors de cette séance, nous avons tous et systématiquement loupé nos jets de voyage et de fatigue. Donc, les trajets ont duré environ une bonne semaine de plus. Je trouve cela dommage car dans les mécanismes du jeu, cela a peu d’importance. Il ne se passe rien pour les PJ lorsqu’ils mettent 2 semaines pour faire 100km. Dans ce cas, à quoi cela sert-il de faire jeter des dés pour déterminer la durée des marches ? Pour le moment aussi, nous n’avons pas eu à nous soucier de la fatigue, mais à mon avis, on ne perd rien pour attendre.

Le MJ aussi a pris ses marques. Pour le moment, nos résultats ne sont pas tellement importants dans le jeu. Pourtant, dans le dés de 12 faces, il y a deux faces importantes : une avec le symbole de Gandalf (qui représente une réussite exceptionnelle) et une autre avec l’oeil de Sauron (qui représente un bel échec). Il est bien évident que pour les joueurs, il vaut mieux faire des Gandalf, pour le Mj,  par contre, il est plus intéressant que nous fassions  des Sauron. Ca tombe bien, lors de cette partie, on en a fait pleins !

Les combats tournent toujours aussi bien, la mécanique est bien pensée, basée sur les positions des différents personnages. Nous rencontrons encore des Orcs, mais ce sont des ennemis naturels dans l’univers. Un autre ennemi semble se mettre devant nous : une grande bestiole, un genre de loup-garou. A nous de suivre cette piste ou pas !

Lors de ce scénario, nous faisons également une quête secondaire par rapport à l’arc narratif principal, mâtinée de sur-naturel, elle introduit aussi le prochain scénario. Radagast nous remercie à notre retour. Il nous informe à propos des évènements surnaturels que nous avons rencontrés sur notre route. Il s’agit bien d’un ancien seigneur elfe, il y a 1000 ou 1200 ans, un cousin de Thranduil, partit en expédition vers Dol Guldur. Il a disparu. Radagast décide d’envoyer un message à Thranduil et suppose qu’il aura besoin de messagers après le conseil des anciens. Pour la créature des bois, il ne sait pas trop quoi faire. Il pense aller voir le chef de son ordre, Saroumane.

Cette séance s’est bien passée, en tout cas cela m’a semblé. Le jeu tourne plus que correctement et il est toujours agréable de jouer dans l’univers créé par Tolkien. Par contre, là où je suis plus dubitative, c’est la capacité des autres joueurs à envisager le rôle-play. Très souvent, j’ai eu l’impression qu’il s’agissait d’un jeu de question-réponse. Cela m’a paru dommage car notre Mj s’est efforcé de créer de belles ambiances avec force descriptions.